Écriture

J'aime écrire pour le simple plaisir de former des mots qui remplissent peu à peu la page...


Je me concentre sur les ornements de l'encre pour que mon esprit se débarrasse de tous les raisonnements trop sophistiqués, éreintant. Le mental se pose et c'est la main qui dirige les opérations, guidée par une énergie intérieure. Plus le lâcher prise opère plus la vitesse d'écriture augmente : pousse les mots toujours plus intensément vers la fin de la ligne. L'écriture instinctive est très puissante. Elle coule comme la rivière au fond d'une gorge, brille comme une lune, ciel des profondeurs. Écrire sans réfléchir, écrire à perte de vue, dans la joie sans contrainte ni censure. Écrire pour le plaisir de laisser venir.

Lorsque l'écriture afflue dans la spontanéité, il arrive que mon poignet se raidisse. La main écrivaine, comme possédée par un esprit malveillant, ne parvient plus à maintenir une écriture régulière, elle élabore des mouvements anarchiques. Les lettres ainsi formées deviennent irrégulières, pics et creux désordonnés. Je lâche le stylo. Ne plus résister semble être la seule issue.

Le code linguistique est puissant car il permet d'exprimer des idées, des émotions, des pensées. Mais comment, au-delà des mots, formuler les profondeurs indescriptibles de l'énergie créatrice que je sens couler en moi ? Comment pourrais-je sur la page retranscrire la force, le mystère et la joie qui existent une fois la conscience dépassée ? Utiliser des mots inconnus. Je ferme les yeux et je suis guidée par un aspect immergé de ma personnalité : « Parleton amaje della quatine car s'en parti mou mou à lassorita pour m'affame. Tion Tion comme unarbre poulala ce bibien partacle allé fifi et mange autari qoi ce malatendu palalala et entendu parla la fifi. ».

Expérience insolite dont je m'extrais difficilement. État de conscience modifiée, ma vision est trouble, j'ai le sentiment d'être passée de l'autre côté, de l'autre côté de la page. Le texte ainsi composé possède un pouvoir illimité. A chaque relecture il me parle d'un monde intérieur, il éveille en moi des sensations indéfinissables et authentiques. Il est une porte d'accès à mon énergie créatrice, enfouie. Je viens m'y ressourcer régulièrement. L'écriture, dans ce contexte, jette une passerelle entre les deux mondes. Elle devient une précieuse amie sur qui je peux compter.

Bienvenue au cœur de mon écriture !

 Haïku
 •
Poèmes
 Textes